Faire un placement dans la pierre

Faire un placement dans la pierre

Date de publication : 04 May 2017

Beaucoup souhaitent fructifier leur épargne sans courir de risque. Il leur est fortement recommandé d’investir dans l’immobilier. Ici, l’investissement est rentable et sûr. Et, ils se constituent un bon patrimoine.

Le contexte financier est toujours favorable pour ce genre d’opérations. Les conditions sur le marché permettent à tous les protagonistes, vendeurs, acheteurs et courtiers d’en tirer profit chacun.

Données positives pour les acheteurs

Le premier élément stimulateur reste le niveau du crédit immobilier. Le prêt ne coûte pas cher. La hausse des taux d’intérêt qui a commencé en fin 2016, progresse lentement. Mais, ce faisant, elle demeure très modérée, comme si la baisse se poursuivait.

Les taux proposés sont en moyenne de 2% dans l’immobilier. Cela se conclut indépendamment de la durée d’emprunt. Le prêt va de 20 ans à 25 ans ou même plus.

Le plus conseillé, de l’avis des spécialistes, est l’achat d’une première résidence principale ou d’un logement destiné à la location.

Satisfaction affichée des vendeurs

Les vendeurs et les courtiers y trouvent leur compte. Les prix continuent d’augmenter à l’instar des taux dans la plupart des grandes villes. La hausse n’inquiète pas les professionnels. C’est une sorte de réajustement qui compense le recul des prix enregistré en 2014 et en 2015.

2016 fut la meilleure année de l’immobilier depuis 5 ans. Cette bonne santé se maintient au regard des chiffres pour le premier trimestre 2017. Les vendeurs sont encouragés à vendre leur bien. Ils doivent profiter de l’opportunité du moment.

Crédit foncier a estimé, en 8 ans, un gain de 29% pour le pouvoir d’achat immobilier des ménages. Cela est dû à la baisse des taux de crédits et celle des prix de vente.

Conditions d’accès au crédit

Les modalités d’accès au crédit sont inchangées auprès des banques depuis 2014. Dans le prêt immobilier, le prêteur exige l’apport personnel. Cette somme est destinée à couvrir les frais de notariat ou de mutation.

Parmi les conditions d’octroi figure l’emploi stable de l’emprunteur ou du co-emprunteur. L’emprunteur salarié en CDI dispose du meilleur atout. Le demandeur doit avoir des revenus réguliers, un cursus sans incident bancaire.

Sur le principe, le taux d’endettement accepté par le prêteur est de moins de 33%. Cependant, le prêteur pourra accepter 40% si l’emprunteur a un très bon profil bancaire et un reste à vivre confortable. Le profil de l’emprunteur est un critère important dans l’examen du dossier. Les jeunes demandeurs qui satisfont les conditions exigées pourront bénéficier d’un financement de 110%.